carte du bosphore
villages
bateaux
VOYAGE
HUMOUR1
JEUX1

         

   LA VIE EST UN VOYAGE  

        

   CHAQUE ESCALE Y A SON LOT DE  RICHESSES . 

un clic droit affiche le menu général, un clic gauche le fait disparaître

  

Une promenade sur le Bosphore: un grand dépaysement.

   

A la mi-journée , il y a des ferries - 3 départs de 10h30 à 14h- qui emmènent, pour presque rien,  des Touristes mais  surtout des Turcs pour une balade de  détente jusqu'à un petit village de pêcheurs tout près de la Mer Noire. De nombreux touristes se laissent "racoler" pour des bateaux "spécial touristes" Dommage pour eux car c'est moins bien (à mon goût) et beaucoup plus cher . 

La promenade (environ 1h30) se fait très  tranquillement ce qui permet de pouvoir profiter au maximum du paysage et de prendre de nombreuses photos!  

A la belle saison, voyager à l'extérieur est plus agréable ... donc très couru : il faut, de ce fait, arriver  avant l'heure
(1/2 heure à 3/4 d'heure me semble correct).
   

Le départ se fait à  Emonönü. Bien assis (enfin ... presque!) sur les bancs de bâbord ou de tribord, c'est un plaisir de contempler, quasiment en même temps, les rives des deux continents : Asie et Europe. La promenade nous mène à plusieurs embarcadères: côté européen il y a  Beşiktaş, Sariyer, Yeniköy, Rumeli Kavağı et côté asiatique Kalinca et Anadolu Kavağı, le terminus.

  

  

 

 Découvrez :                 

  1)-  "yali" rénovés, pittoresques   

maisons de pêcheurs     

2)-  le trafic incessant des bateaux  petits ou gros!  

 

 ou faites la croisière complète pour voir toutes les berges avec leurs palais, leurs forteresses, leurs ponts suspendus, leurs villages de pêcheurs ou leurs quartiers plus résidentiels....    

           

 

 Sous Byzance et à l’époque ottomane de petites localités se sont formées sur les deux rives. Appréciant la beauté du rivage, les sultans et les hauts personnages  y firent construire, au 18ème siècle, palais et yalı cossus (maisons en bois au bord de l’eau).

            

LES VILLAGES

 De tous les petits villages juxtaposés, certains sont restés plus authentiques que d'autres qui se sont étendus sur les collines avec des constructions récentes .

     

les villages de pêcheurs sont repérables à leurs nombreuses petites barques, mais il y a aussi celle des habitants des constructions du bord u rivage car c'est pratique et agréable.

                     les maisons ont leur garage à bateau

maisons de pêcheurs de Anadolu Kavağı

  

   Devant les autres "villages", les plus riches, il y a  une flotte de beaux bateaux.    

 " Bebek" avec ses grosses vedettes et ses goëlettes

Le paysage vallonné qui domine ces villages est, à quelques exceptions près, bien boisé, bien vert. Seules quelques zones dites "résidentielles" ont fait disparaître la nature au profit de nombreuses constructions et c'est bien dommage, mais il reste de jolis Yalı (anciens palais ou très grosses villas) bien rénovés montrant la richesse de leurs propriétaires et  
faisant un contraste très fort avec d' autres bâtiments qui ont  plutôt l'air laissé à l'abandon, mais, sans aucun doute, une telle situation,  sur les berges du Bosphore, ne tardera pas à attirer la convoitise de riches investisseurs étrangers 
Des vieux palais, des "yali" ou des anciens kiosques sont déjà rénovés et transformés en hôtels ou en résidences de vacances (ce qui explique les nombreuses persiennes fermées) par des capitaux venant de l'étranger.  
   Souvent incendiées, il ne reste qu'une trentaine d'authentiques "yalis", très recherchées leur prix peut aller  jusqu'à 50 millions de dollars!

 Ces "yali" et ces anciennes grosses maisons bien rénovées jalonnent les berges asiatiques  ou européennes du Bosphore : c'était les habitations de villégiature de riches Stanbouliotes au début du XXème siècle.

  Des constructions plus récentes ont également été bâties après destruction des vieux édifices qu'il aurait peut-être mieux valu rénover ... dommage ! (mais tout cela est bien joli quand même.)

   tout cela est bien joli ? oui mais .... ATTENTION,  car 
bien que l'urbanisation, construction et rénovation, soit régit par une loi adoptée en 1983 qui  distingue deux zones en fonction de leur visibilité à partir du Bosphore (pour une personne en bateau par exemple):
          -  la zone de première visibilité, où toute construction est interdite et toute restauration soumise à un avis favorable du Conseil de protection des biens culturels et naturels,
          -  la zone de deuxième visibilité, théoriquement surveillée de manière stricte.
.mais en observant les rives, on constate que certaines zones de 2ème visibilité sont défigurées par une urbanisation trop compacte et que des constructions récentes de la  zone de 1ère visibilité s'éloignent un peu trop de ce que l'on peut attendre dans ce cadre. 
    

retour 

    

 

LES BATEAUX

 

on s'aperçoit bien vite qu'on est sur une voie navigable très fréquentée :

   

Paquebots, tankers, bateaux marchands, ferries, vedettes, voiliers, bateaux de pêche, barques à moteur ou à rames....
Du plus gros au plus petit, chacun trouve sa place, les plus petits se faufilant entre les plus gros qui, eux, suivent leur trajectoire!

  

    
        
Le Bosphore est le passage obligatoire pour 

 les bateaux de marchandises ou de voyageurs

qui veulent se rendre de la Mer Noire jusqu'en méditerranée et même dans l'océan Atlantique:  il constitue aujourd'hui la plaque tournante du commerce maritime.
mais les conditions de navigation en font actuellement un lieu d'insécurité maritime importante qui est dangereux aussi bien pour les marins et ceux qui y naviguent que pour tout Istanbul (le dernier accident a eu lieu le 13 mars 2005; le détroit dut être fermé au trafic maritime
après le naufrage d’un navire-cargo transportant sept camions-citernes de gaz de pétrole liquéfié; un autre accident récent avait détruit un restaurant de la berge) .
Le trafic est de plus de 50.000  navires,  sans compter les bateaux de pêche et les paquebots de tourisme.  Considérant le danger permanent que représente le transit de 140 millions de tonnes de pétrole par an en plein cœur de la ville, les autorités souhaitent favoriser la solution d’un pipe-line. Un projet entre Samsun (port turc de la mer Noire) et Ceyhan (port turc de la Méditerranée) a été évalué à 700 millions de dollars (il n'y a plus qu'à trouver les crédits !). 
La réalisation de ce projet réduirait le passage par le détroit du Bosphore mais également par celui des Dardanelles. 
    
Les ferry-boats et les vedettes rapides (deniz otobüsü , "autobus de mer") des lignes "express",  transportent  environ 1 million de passagers par jour, soit 2.000 trajets quotidiens.
    
   "autobus des mers"
           
les vieux ferries ont toujours belle allure et sans eux Istanbul ne serait plus du tout la même.
Les bateaux de plaisance petits ou gros, voire même très gros, sont très nombreux également. 

             

  Les  bateaux de pêche sont eux aussi en très grand nombre; certains passent par là pour se rendre sur des lieux de pêche en mer Noire ou en mer de Marmara, alors que les plus petits restent sur le Bosphore.
     
  
      
Il y a beaucoup de pêcheurs,  professionnels de la pêche ou amateurs. Les eaux du Bosphore sont poissonneuses et contrairement à ce que pensent de  nombreux touristes, elles  ne sont pas très polluées : les deux courants de sens opposés et superposés les renouvellent en permanence ; on peut sans problème manger le poisson qui est pêché dans le détroit car il est vendu bien frais... du pêcheur au consommateur. A certaines périodes, celle où la pêche est interdite dans le Bosphore, le poisson qui est vendu ou servi dans les restaurants vient de la méditerranée ou de la mer Noire, il a un prix assez élevé ... mais de toute manière le poisson, contrairement à ce qu'on pourrait imaginer, n'est jamais bon marché à Istanbul!
  
 

Mais on peut, par hasard, y voir aussi ..... 

 ....... un canadair! ........ hé oui! il venait s'approvisionner en eau pour éteindre un feu de végétation sur la rive asiatique .    

 

retour

 Je vous invite à faire la croisière complète pour voir toutes les berges avec leurs palais, leurs forteresses, leurs ponts suspendus, leurs villages de pêcheurs ou leur quartiers plus résidentiels....   

 Largons les amarres !

 

En plus de mes propres documents et photos je me suis servie pour ces pages sur le Bosphore de plusieurs sites dont les "webmasters"  n'y verront pas, je le souhaite, d'inconvénients. Voici quelques uns de ces sites qui m'ont permis d'étoffer un peu la promenade sur le Bosphore: http://www.erudit.org/revue/cgq/2004/v48/n135/011795ar.html  ; www.pbase.com/ andrys/image/38092278. ; www.artislamic.com/ cards/gr/b/1400.htm ; http://www.istanbulguide.net/istguide/bosphore/villages1.htm ; http://benjamin.peyregne.free.fr/voyages/istanbul/http://www.istanbulguide.net/istguide/bosphore/villages2.htmwww.azizistanbul.com/ foto/eski.html; http://www.roxanephoto.com/turquie/istanbul/index.htm ;

envoyez-moi un courriel  au cas où vous ne souhaiteriez pas que j'utilise les documents de votre site. Merci à ceux qui m'ont déjà donné leur accord.